novembre 24, 2020

TEMPORAMA

La nouvelle vision de business

Est-ce bon de miser sur la Chine?

4 min read
Est-ce bon de miser sur la Chine?

Est-ce bon de miser sur la Chine?

Le covid-19 touche tout le monde. Les impacts sont flagrants : baisse d’activité, baisse de croissance, chômage, pauvreté, faillite des entreprises.

Pendant que les pays européens sont en train de subir les conséquences de cette pandémie en plein visage, la chine semble déjà oublier cette crise et échapper à cette nouvelle vague de contamination. Le plus spectaculaire est que son économie a rebondit au premier trimestre de presque 7% de PIB. C’est une situation particulière qui attire la curiosité et l’intérêt de tous les acteurs économiques. La chine est ainsi une prédilection de nombreux grands investisseurs.

Comment la chine a-t-elle pu se relever pendant la crise Covid-19 ?

Dans cette mondialisation où les nouvelles sont mauvaises, la reprise chinoise en pleine crise covid-19 est indéniablement la plus belle surprise, avec un décollement remarquable.

Regardons juste les chiffres clés de l’économie de ce pays dès le début de cette crise

  • Deuxième trimestre 2020 : +3,2%
  • Troisième trimestre 2020 : +4,9%

Voyons pourquoi la chine continue de progresser malgré tout

La gestion de la crise

Pour lutter contre la propagation, la Chine n’hésite pas à confiner tout le pays. Les mesures strictes ont été respectées à la lettre par les chinois. Il faut dire son modèle politique qui contrôle presque tous les petits gestes du quotidien de chaque personne donne un résultat très positif sur la gestion de la crise sanitaire. Ce qui n’est pas le cas des autres pays européens tels que la France, l’Italie ou l’Espagne. A la sortie du confinement, l’incertitude de l’épidémie s’est nettement réduite, ce qui incite les chinois à sortir sereinement et à consommer presque normalement comme si la crise ne s’est jamais passée.

L’industrie continue

L’un des raisons de la reprise est la relance de la production avant la consommation. Elle est en hausse de 1,2% sur neuf premiers mois de l’année. Avec le confinement et d’autres restrictions, la population apprend à vivre autrement. Les habitudes de consommation changent. Le commerce en ligne progresse. On ne parle pas seulement de la consommation locale, mais également de l’exportation des équipements et de produits médicaux, les équipements pour le télétravail qui se développe de jour en jour, dans le monde entier. Les achats en gros stagnent mais les ventes au détail ont connu une hausse considérable entre août et septembre 2020. 

La consommation comparable à avant la crise

A Hong Kong ou à Shanghai, plusieurs patrons chinois ont remarqué des consommations quasi normales comparables à la période d’avant la crise : Les restaurants bondés, les balades dans la rue, la consommation de cigarette… Les chinois savent gérer et vivre avec le virus et retrouvent la confiance de sortir.  

L’Etat chinois n’a donc pas de mesures de soutiens massives pour relancer son économie. Selon la FMI, le PIB chinois peut même bondir de 1,2% en 2020 et 8,2% en 2021. La Chine sera, dans ce cas, le seul pays à connaitre la croissance économique.

Les secteurs porteurs en bonne progression

Malgré la croissance timide de cet empire du milieu, plusieurs secteurs s’avèrent une bonne opportunité pour les investisseurs. Les gérants des grands groupes tels quel Carmignac ou Schroders partagent tous une vision très positive sur l’évolution de l’économie chinoise. Selon eux « L’écart de performance économique entre la chine et le reste du monde va se creuser dès début 2021 ». Ils misent sur les secteurs très porteurs selon eux : le commerce en ligne, la voiture électrique, data center ou encore la biotech. Le cas de la plateforme internet Alibaba, de Paypal et wish sont des exemples concrets. Le profit du groupe coté Alibaba est déjà en hausse de 18% sur un an. Cette tendance n’est pas prêt de s’arrête mais au contraire va durer encore plus longtemps.

Il faut noter que pendant la crise de pandémie, l’épargne chinois comme le reste du monde, est restée dormir à la banque. C’est possible qu’elle soit injectée dans la bourse faute de placements attractifs.

Il faudrait bien donc privilégier les entreprises les mieux placées et profiter de cette tendance de croissance à long terme. Voici le chiffre qui peut nous rassurer. La progression de la bourse chinoise est de l’ordre de 16% depuis le début de l’année selon l’indice CSI 300 qui regroupe les principales valeurs cotées à Shanghai et Shenzhen. Le MSCI China, composé d’entreprises chinoises cotées à la fois sur le marché continental, à Hong Kong et aux Etats-Unis (ADR), gagne 21% sur la période.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *