Auteur/autrice : temporama

Le e-commerce se développe de plus en plus depuis déjà quelques années. Avec l’évènement du Covid-19, le processus accélère. Mais est-ce possible de faire du e-business sur les réseaux sociaux ?

Oui tout est possible. Beaucoup de gens sont devenus millionnaires juste en développant leur business grâce à l’internet. Les réseaux sociaux, quant à eux, ont bien compris ce principe de communication digitale. Pour eux, c’est un filon d’or qu’il faut détenir. Avec leurs moyens colossaux en termes de ressources financières et humaines, ils investissent. D’ailleurs c’est bien le cas de Facebook qui propose récemment une application bêta checkout pour mettre en relation les vendeurs et les consommateurs. Le mécanisme fonctionne comme le dropshipping. Les acheteurs peuvent désormais acheter les produits directement sur le place-forme de géant de net.

Comment fonctionne le bêta checkout sur Facebook ?

Il faut savoir que les publications naturelles sur les pages d’Instagram peuvent être partagées sur les pages Facebook. Et via le gestionnaire de publicités, elles peuvent être transformées en publicités.  Pour les entreprises, posséder une page sur ces réseaux sociaux est un des moyens d’aller chercher encore plus de clientèle et d’agrandir la part de marché. Les petits commerçants comme les petites ou grandes entreprises, ont chacun au moins une page et profitent de ce service proposé par les réseaux sociaux à prix raisonnable pour faire connaitre aux publics leurs produits. C’est une nouvelle forme de marketing digital qui s’adapte à chaque projet et budget.

Depuis l’année 2019, Facebook a de nouveau commencé à tester le paiement intégré à cette application bêta avec un petit groupe de commerçants qui diffusent leurs publicités. C’est encore une fois un énorme coup de pouce qui fait profiter aux vendeurs comme aux acheteurs. Ces derniers n’ont désormais pas besoin de quitter son compte pour passer la commande sur le site de vendeur. La plateforme fonctionne donc comme un vrai site de marchand avec un système de commande et de paiement.

Le parcours d’achat est suivant. Prenons l’exemple d’un sac à dos

  1. La publicité du sac à dos est diffusée sur le compte Facebook de l’utilisateur
  2. Une fois que l’utilisateur clique sur le produit, il sera dirigé sur la page de description du produit où il peut consulter le prix et les autres caractéristiques comme la couleur, la taille….  Et bien sûr les conditions de paiement, de livraison et de retour.
  3. Le consommateur peut également voir les autres produits vendus par le vendeur et consulté les avis des consommateurs sur le produit
  4. A la fin, si l’utilisateur clique sur « checkout sur facebook », il sera dirigé sur la plage checkout, où les informations le concernant (adresse, information de moyen de paiement, nombre de commande…) sont remplies.
  5. S’il décide d’acheter le produit, il n’a qu’à valider la commande, en remplissant le code promo s’il en possède un. Voilà le tour est joué.
  6. Le consommateur va recevoir un mail de confirmation de son achat avec toutes les informations de livraison ou en cas de retour.

Cette opération est rapide et ne nécessite pas aux consommateurs de remplir quelconques informations car ces informations sont déjà stockées sur leurs comptes. C’est un avantage énorme pour les entreprises de se faire encore plus de chiffre.

Côté consommateur, l’opération d’achat est rapide. Par contre, cela peut devenir très incontrôlable surtout ceux qui sont acheteurs compulsifs car ils n’auront pas assez de temps de réflexion comme dans les opérations d’achat classique. De plus, beaucoup de personnes sont accros aux réseaux sociaux. Ces publicités diffusées constamment sur ces réseaux, sont des moyens supplémentaires pour inciter à la consommation.

Quels autres réseaux s’y mettent aussi ?

Facebook n’est pas le seul réseau social qui a cette idée de lancer ce nouveau business juteux. Instagram s’y met également. Mais en même temps, ce n’est pas étonnant, car Instagram appartient au même propriétaire de Facebook. Le principe reste le même. Instagram donne la possibilité aux annonceurs de transformer leurs publications en publicités, grâce au gestionnaire de publicités.

Je parie que les autres réseaux, tels que tweeter, Snapchat …, vont dans le plus proche futur suivre le mouvement. On imagine bien des milliards d’euros et de dollars de transaction commerciale vont se passer sur ces sites qui ne sont pour l’instant qu’un petit maketplace. Avec des millions d’utilisateurs, ces sites vont vite devenir un géant de commerce en ligne, non loin d’Amazon.

Quel serait l’avenir de ce commerce en ligne ?

Avec un tel engouement, on ne peut que constater l’accroissement de ce business en-ligne. L’application Bêta checkout de Facebook est un exemple très concret. Les parcours d’achat sur le net sont devenus de plus en plus fluides et les questions de retour et de paiement ne sont plus des obstacles de ce nouveau business. Les entreprises ainsi que les différentes plateformes de vente trouvent de plus de plus de moyens pour satisfaire et fidéliser leurs clientèles.

Si les autres réseaux sociaux s’y mettent comme Facebook, ils vont tous devenir comme Amazon qui est un exemple de place de marché pour plusieurs commerçants et entreprises de différents continents.

Par contre, il faut noter que malgré un service très fluide de facebook, les entreprises ne peuvent pas récupérer les informations sur les consommateurs. Ce sont des informations importantes et cruciales qui peuvent servir aux vendeurs d’étudier le comportement d’achat ou même faire d’autres campagnes de publicités comme le e-mailing.

Read Full Article

Internet est infini, il est donc logique de faire de la publicité pour votre site Web afin d’attirer plus de clients. Une agence SEO est alors nécessaire. Mais comme partout, il n’y a pas que des professionnels, mais aussi de nombreux moutons noirs. Afin que vous puissiez trouver le bon partenaire, nous vous donnons des conseils sur ce qu’il faut rechercher lors de la recherche de votre agence de référencement et sur les erreurs courantes à éviter.

Les choses à ne pas faire lors de la recherche et ce qu’il faut éviter

Prendre les références clients pour acquises

Les références sont facilement vérifiables afin d’évaluer les services offerts par une agence et la compétence avec laquelle ils sont mis en œuvre. Cependant, certaines agences se vantent très vite de leurs soi-disant succès. Ainsi, lorsque de nombreux grands noms tels que BMW, Aldi et CIC sont à l’écran, on peut supposer que des partenariats. Mais, il faut toujours s’interroger sur les projets et même, si possible, survoler leur évolution au cours des dernières années.

Les entreprises ayant une connexion avec Google

Elles existent, les agences qui prétendent avoir une idée de l’algorithme de Google. Par exemple, parce qu’un ancien stagiaire de Google travaille pour eux ou quelque chose comme ça. En bref, non.

Personne n’a de relations particulières ou d’informations sur le fonctionnement exact de la recherche Google. Google garde ces informations comme un secret d’État et veillera à ce que rien ne soit divulgué. Toute personne qui fait une telle affirmation ment, soit délibérément, soit par ignorance, et doit être évitée dans les deux cas.

Le positionnement sur Google comme référence

Celui qui parvient à obtenir une position de premier plan sur Google doit connaître son métier. Une hypothèse très typique, car l’idée semble logique à première vue. Certes, certaines choses ont été bien faites dans le passé, mais cela ne signifie pas que l’agence continuera à développer ses processus. Elle doit faire du bon travail aujourd’hui et demain, et il doit pouvoir s’adapter à vos besoins personnels et à l’évolution des comportements de recherche. Le marketing en ligne dans son ensemble se réinvente régulièrement et il en va de même pour toute agence qui souhaite réussir à long terme.

Partenaire Google

Un partenaire Google est directement certifié et doit donc connaître son métier. Malheureusement, cette certification est conçue pour les annonces Google, elle est relativement facile à obtenir. Une agence n’a besoin de maîtriser que quelques bases de la gestion publicitaire. Cela peut être appris rapidement, même avec un petit effort. La certification n’est donc pas, très significative.

Les promesses vides

Vous négocierez probablement votre contrat avec un commercial. Bien que cette personne ne soit généralement pas une experte SEO, elle connaîtra les types de contrats et pourra faire des recommandations de base. Cependant, il y a des déclarations où votre alarme interne devrait sonner :

  • Nous vous garantissons la première place (Absolument personne ne peut garantir cela)
  • Nous soumettons votre site web à tous les moteurs de recherche (Il n’est pas nécessaire de l’entrer nulle part, les moteurs de recherche peuvent le faire eux-mêmes assez bien)
  • Nous supprimons les liens de retour établis après la fin du contrat, après tout, ce sont nos ressources.(chaque lien est unique et non « réutilisable ». Vous voulez juste les lier au contrat).
  • Nous doublons votre nombre d’utilisateurs dans les 3 prochains mois (Fixer des objectifs est une bonne chose ; mais même le meilleur professionnel ne peut donner de garanties)

Les références clients, les certifications et la taille de l’agence ne disent que peu de choses sur une agence. Si vous ne pouvez rien montrer, vous ne savez probablement pas ce que vous faites, car vous ne vous présentez même pas. En revanche, toutes ces certifications ne garantissent pas d’avoir trouvé le bon partenaire. Mais comment trouver une bonne agence de référencement ?

Les choses à faire lors d’une recherche : nos conseils sur la façon de procéder

Comme pour les autres professionnels, qu’il s’agisse d’un médecin, d’un avocat ou d’un électricien, votre partenaire doit être un expert dans son domaine. Malheureusement, cela signifie aussi qu’il est difficile d’évaluer qui a vraiment un potentiel ou qui est capable de donner de fausses informations. Vous devez donc faire votre choix sur la base de choses que vous pouvez évaluer.

Des recommandations avec des sources fiables

Vous connaissez certainement quelqu’un en qui vous avez confiance et qui travaille déjà avec une agence de référencement. Demandez à la personne quels services sont utilisés et quelles sont les expériences faites jusqu’à présent. Les recommandations personnelles restent l’un des meilleurs moyens de trouver une bonne agence.

Explication des procédures

Parlez de vos objectifs et laissez l’agence vous donner des exemples de la manière dont le projet fonctionnerait. Si vous parlez de référencement comme d’un besoin et que vous entendez toujours parler de placement d’annonces, le référencement n’est probablement qu’un service accessoire. Les organismes de services complets doivent écouter attentivement, non seulement ce qui est recommandé, mais aussi comment. Assurez-vous que les spécificités de votre projet et de votre secteur d’activité sont prises en compte. Essayez de savoir si le service est structuré (plans éditoriaux, listes de contrôle, etc.) ou si vous y travaillez d’une manière ou d’une autre.

Une durée de contrat raisonnable

Vous avez probablement souvent entendu dire que l’optimisation pour les moteurs de recherche prend du temps. En fait, pour les contrats entre 6 mois et 1 an, selon l’investissement, le succès peut aussi être obtenu plus rapidement, mais ce n’est qu’après 6 mois que l’on peut vraiment voir si ce sont les mesures SEO qui sont responsables. Tout ce qui a moins de 6 mois est rarement assez significatif, il peut aussi s’agir d’une fluctuation aléatoire du marché, positive ou négative.

La transparence des rapports

Demandez comment le rapport est conçu. Au mieux, un exemple peut être montré. Un rapport mensuel est généralement une bonne idée. À plus long terme, les évolutions négatives peuvent être détectées trop tard et les évaluations hebdomadaires ou même quotidiennes prennent généralement votre temps inutilement sans révéler de nouvelles informations dignes d’intérêt. Le rapport présente-t-il des chiffres clés importants pour vous, tels que le nombre d’utilisateurs et le travail effectué ? Existe-t-il un espace client que vous pouvez consulter en fonction de vos besoins ? Est-il possible de conclure des accords individuels ? Plus le rapport est transparent, meilleur est le contrôle que vous exercez et plus l’agence est confiante dans ses performances.

Conclusion

Même sans connaissances spécialisées, vous avez suffisamment de possibilités pour séparer le bon grain de l’ivraie. Nous vous conseillons une agence SEO collaborative, pour votre stratégie de référencement naturel.

Read Full Article

Consulter nos e-mails est probablement l’une des premières choses que nous faisons le matin. Nous voulons vérifier si nous recevons des courriels de nos collègues ou même des bulletins d’information de nos produits et fournisseurs de services préférés.

Le marketing par courrier électronique est considéré comme un outil efficace pour atteindre un public plus personnel. 90 % des adultes et 74 % des adolescents utilisent régulièrement le courrier électronique.

Cependant, nous ne pouvons pas nier qu’il y a beaucoup de concurrence pour attirer l’attention. Voici donc 7 étapes pour mener une campagne de marketing par e-mail réussie.

Créer des formulaires d’adhésion attrayants

Nous avons besoin d’une liste de personnes figurant sur notre liste de diffusion pour mener une campagne par courrier électronique réussie. L’un des moyens les plus simples est de générer des formulaires d’adhésion plus attrayants sur notre site.

Ces formulaires sont remplis par les utilisateurs qui ont de l’intérêt pour nos produits et services. Il existe différents types de formulaires d’adhésion, notamment des pop-ups de bienvenue, des fenêtres contextuelles de type « lightbox » et des fenêtres contextuelles d’intention de sortie, qui se sont révélées efficaces pour attirer l’attention des utilisateurs.

Constituer une liste de diffusion

Outre les abonnés qui ont rempli des formulaires d’option, il existe d’autres moyens de développer une liste d’adresses électroniques importante, en fonction de vos stratégies de marketing en ligne et hors ligne.

Lors de la constitution de votre liste d’e-mails, vous devez les classer en plusieurs sous-groupes en fonction de leur personnalité, de leurs intérêts et de leur comportement d’achat, ainsi que du nombre de fois qu’ils souhaitent recevoir des bulletins d’information.

Créer votre objet et votre copie

L’objet du message joue un rôle crucial dans le marketing par courrier électronique car il donne l’impression aux lecteurs qu’ils doivent cliquer et ouvrir votre message. Faites-en sorte qu’il soit direct, personnalisé et engageant.

Pour le texte de l’e-mail marketing, créez un crochet qui attirera l’attention du lecteur. Personnalisez-le en l’adressant à son nom. Ne présentez pas votre offre trop tôt. Vous pouvez les approfondir en écrivant des histoires personnelles auxquelles ils peuvent s’identifier. Donnez-leur envie de tout lire.

Conception professionnelle de l’e-mail marketing

Si la mise en page et le design de votre courrier électronique sont mauvais, il reflétera très mal votre entreprise. Votre conception est également un facteur qui les fera rester dans votre courrier électronique.

Donnez-lui un aspect professionnel !

Utilisez des modèles de courrier électronique réactifs, adaptés à une utilisation sur téléphone, tablette et bureau.

Se mettre sur la liste blanche

Utilisez un service de messagerie électronique réputé comme système.io pour vous assurer que votre courrier électronique atterrit dans leur boîte de réception et non dans le spam.

Vous pouvez également vous inscrire sur une liste blanche pour vous assurer que votre courrier électronique est correctement acheminé. L’inscription sur liste blanche vous permet d’être marqué comme un ami, et vous serez ajouté à son carnet d’adresses.

Utiliser l’analyse pour apporter des améliorations

L’analyse est un moyen plus efficace et plus rentable de connaître les performances de votre courrier électronique. Les trois principales analyses sont le taux d’ouverture, le taux de clics et le nombre de désinscriptions.

Grâce à l’analyse, vous pouvez notamment connaître le nombre d’e-mails non ouverts, le pourcentage de lecteurs qui consultent votre offre et le nombre de personnes qui ont résilié leur abonnement.

CONCLUSION

Le marketing par courrier électronique est en fait une forme de mort-vivant. Il est en train de devenir l’un des outils de marketing les plus efficaces du monde de l’internet. Il suffit d’être stratégique pour gagner la campagne. Si vous souhaitez en savoir plus vous pouvez découvrir le Guide Systeme.io pour l’emailing.

Read Full Article

De nos jours, dans le domaine du business en ligne, le Dropshipping revient très souvent, c’est le business à lancer en 2020 ! Mais pourquoi cet engouement depuis quelques années ? Pourquoi le Dropshipping est un business model intéressant pour se lancer ? Nous allons tenter de répondre à toutes ces questions dans cet article.

 Le Dropshipping

Qu’est ce que le Dropshipping?

Tout d’abord, qu’est ce que le Dropshipping ? C’est tout simplement un procédé logistique dans lequel vous n’avez pas à acheter ni gérer du stock. Beaucoup de formateurs vous présentent cela comme une “méthode miracle” pour devenir riche ! Ce n’est pas le Dropshipping qui peut faire votre succès mais l’e-commerce. C’est juste une méthode de distribution afin de faciliter la logistique pour le e-commerçant. 

le dropshipping : le e-commerce sans gestion de stock

Pourquoi travailler en Dropshipping?

Le procédé est le suivant : vous trouvez un fournisseur ayant des produits qui vous intéressent. S’il travaille en Dropshipping, c’est parfait. Dans le cas contraire vous pouvez lui proposer. Après avoir trouvé votre fournisseur, vous créez une boutique e-commerce dans laquelle vous proposez ses produits. Dès qu’un client commande sur votre boutique, vous passez commande chez votre fournisseur qui lui enverra le colis au client final. 

Des succès stories

De nombreux sites e-commerce ont commencé en Dropshipping pour ensuite investir dans du stock ou pour créer leur marque. Nous avons des exemples à vous donner comme Gymshark ou Daniel Wellington. Ces entreprises valent aujourd’hui des millions voir des milliards d’euros ! 

Comment travailler en Dropshipping?

La “formule magique” : Aliexpress et Shopify

Si vous connaissez déjà le Dropshipping, vous avez surement déjà entendu la “formule magique Aliexpress + Shopify ! Attention, cette méthode peut fonctionner mais sachez qu’il n’existe pas que cette méthode. Aliexpress n’est pas la seule plateforme à travailler en Dropshipping, vous pouvez trouver des fournisseurs français ou européens travaillant en Dropshipping. 

Si nous pouvons vous donner un conseil, c’est le suivant : ne vous contentez pas d’Aliexpress, il faut aller plus loin, il y a de multiples manières de faire de l’e-commerce en 2020

Que faire si un fournisseur ne travaille pas en Dropshipping ?

Si un fournisseur vous plaît et qu’il ne travaille pas en Dropshipping, cela ne vous coûte rien de lui proposer, il n’est pas rare de voir des fournisseurs accepter ! Gardez bien cela en tête : le Dropshipping n’est qu’un procédé logistique qui existe depuis bien longtemps, ce n’est qu’une manière de faire de l’e-commerce ! 

La solution dropshipping en France avec Webdrop

Webdrop est une entreprise qui vous accompagne dans votre projet entrepreneurial en Dropshipping. Ils proposent une solution clé en main pour commencer à vendre en Dropshipping. Ils s’occupent de tout : du sourcing à la création de votre boutique e-commerce et synchronisation sur différentes plateformes et CMS

Ils ont une plateforme Webdrop-Market dans laquelle les fournisseurs vous proposent leurs produits. Aujourd’hui, le catalogue contient environ 150 000 références et ne cesse de croître. 

Récemment, ils ont développés une plateforme pour synchroniser les fournisseurs en dropshipping sur Ebay. Par la suite, ils ont l’ambition de travailler avec la plupart des plateformes e-commerce par exemple Amazon, Cdiscount, Dropizi, etc. L’objectif est que les revendeurs puissent vendre ou ils le souhaitent sans se soucier de la technique. 

Read Full Article

L’année 2020 a mal débuté avec la crise sanitaire due aux coronavirus- Covid-19. Personne ne s’attend à ce que ce virus peut nous engendrer. Dans nos idées, cette crise ne peut durer que quelques mois. Presque un an après le début de l’épidémie, le phénomène se répète. Les moyens drastiques sont mis en œuvre petit à petit afin de limiter la deuxième vague et la propagation de virus.

La première vague a bien fait des dégâts en termes de morts, de crise sociale, sanitaire, économique et financière. Le confinement pendant 3 mois entre Mars et Juin 2020 a bien fait chuter l’économie française et mis plusieurs commerces et entreprises en difficulté. Le taux de chômage augmente, les travailleurs perdent leurs travails.

On se demande bien quels seraient les impacts de cette crise sanitaire sur l’économie, l’épargne et le marché immobilier après le Covid-19 sur le long terme ? Va-il avoir un krach boursier et immobilier en 2020 comme en 2008 ?

Comment se porte le marché immobilier actuel ?

6 mois après le confinement on ne remarque aucune hausse, ni de chute de prix de l’immobilier. Le marché reste stable. Mais cette situation va-t-elle continuer ? Il y a plusieurs facteurs qui peuvent expliquer une possibilité chute de marché.

Le durcissement de conditions d’accès au prêt immobilier

Le marché immobilier en 2018 et 2019 se portait à merveille. La concurrence dans le secteur bancaire était féroce ; les conditions d’accès aux prêts étaient simples. Il y avait donc beaucoup de demande et de vente immobilière malgré le prix élevé.

Mais, en 2020, la HCSF a bien reproché aux banques d’avoir pris trop de risques et demande de durcir ces conditions. De plus en plus de banques demandes donc à leurs clients de me mettre de l’apport dans leurs projets immobiliers. 

La solvabilité des emprunteurs

On commence à constater petit à petit les effets de covid-19, après 3 mois de confinement. Chômages partiels, fermeture de certains commerces, licenciement…. Ce sont bien les conséquences de ces 3 mois d’arrêt total de l’économie. Le pouvoir d’achat des classes moyenne et pauvre baisse. Cette crise met plusieurs personnes financièrement en difficulté.

Non seulement le secteur de restauration mais également le secteur immobilier a également été mis à l’arrêt. Il y avait bien moins de transaction pendant cette période de fermeture, achat/vente ou location. Malgré la reprise du marché après le confinement, ce chiffre n’est qu’un rattrapage de projet déjà prévu avant cette période de fermeture. Les conditions d’accès à l’emprunt ont été renforcées. D’autant plus que la HCSF a demandé à la banque de respecter le seuil d’endettement de 33%.

L’augmentation de taux d’intérêt

Depuis toujours, on n’a jamais connu un taux d’emprunt aussi bas. En 2019, le taux d’intérêt était à peine plus de 1%. On n’est bien conscient que cette situation ne va pas durer. Voilà on a bien raison. Ce phénomène commence à changer en 2020 pour plusieurs raisons. Le covid-19 a tout fait changer. Le confinement a poussé les banques à prendre plus de précautions, en ce qui concerne l’octroi des prêts immobiliers. Elles anticipent les licenciements massifs et proposent moins de prêts avec un taux plus élevés par craint de la solvabilité des emprunteurs. 

Les projets immobiliers en baisse

On ne peut rien dire pour le moment. On ne peut qu’observer qu’il y a de moins de moins de projet immobilier. Face à la crise sanitaire et économique, l’inquiétude de ménages gagne le terrain.

Face à l’incertitude liée à la crise de covid-19, beaucoup de personnes préfèrent attendre et voir l’évolution de la situation en mettant à côté leurs projets. Y aura-t-il de licenciement en masse ? Vont-ils pouvoir garder leurs emplois ? Comment faire l’Etat pour redresser l’économie ? 

Toutes ces questions sans réponse entrainent une hésitation dans le projet d’investissement. Cette hésitation se ressent au fils du temps.

Va-t-il avoir un krach immobilier ?

Le durcissement de conditions d’accès au prêt, l’incertitude provoquée par le Covid nous amène à conclure une tendance du marché immobilier à la baisse. A quel point va-t-il baisser ?

Il est encore trop tôt pour dire qu’il y a une chute de prix de l’immobilier baisse. Ce qui est sûr, c’est qu’il y a bien une stabilité voire une légère baisse. Il suffit de consulter les annonces immobilières des agences spécialisés dans le secteur. Serait-il possible d’avoir 15% de baisse de prix ? Il y a bien une forte chance. Tout est possible. Mais il ne faut quand même pas attendre à une forte baisse car la demande de logement est toujours là. Le marché de location reste peut-être sans impact.

Est-ce le moment d’investir ?

Il ne faut pas se précipiter et se jeter dans le projet sans prendre en compte certains facteurs. Tout dépend de votre projet, s’il s’agit bien de projet locatif, de marchand de biens ou d’achat de résidence principale. Sans parler de marchand de bien immobilier, il est toujours plus intéressant d’acheter un bien immobilier pour plusieurs raisons.

Aide gouvernementale

Jusqu’à présent, l’intervention de l’Etat a aidé pas mal de gens à accéder aux logements. Les avantages fiscaux proposés concernent aussi bien l’achat de résidence principale que les investissements locatifs. L’Etat reste toujours là car c’est son rôle pour soutenir le secteur s’il souffre.

Le prêt à taux zéro, les différentes lois vont devoir aider les ménages de situation stable à trouver un financement pour le projet immobilier. Mais attention, il peut avoir aussi des changements dans tout cela. Il est important de rester attentif tout en bien préparant son projet.

Investissement locatif est toujours une affaire rentable

Si votre projet est un projet locatif, vous aurez toujours des demandes de locations car en France, il manque cruellement de logement. Les loyers ne vont pas baisser à cause du krach immobilier. Acheter un bien à un prix élevé est toujours un bon investissement si le projet est jugé rentable. Alors vaut-il la peine d’attendre le solde ? Acheter un bien quand le prix est au plus bas est encore meilleur. L’importance dans un investissement est de calculer la rentabilité et le cash-flow qui sont 2 indicateurs importants et nécessaires dans la prise de décision. Vous n’aurez pas de moins-value si le bien n’est pas vendu.

Profiter du krach immobilier

Le krach est un événement qui régule la bulle spéculative. Cette période est toujours une période propice pour ceux qui ont le moyen et l’envie d’investir.

Vu le contexte actuel et d’après mes observations, les effets de la crise sanitaire sont en train de se faire ressentir dans l’économie française. Il faut bien donc observer la situation pour pouvoir saisir l’opportunité de faire des bonnes affaires.

Read Full Article

Etes vous accros aux réseaux sociaux? Avez vous déjà vu des publicités sur ces sites? Avez vous déjà tenter d’acheter le même produit ? Pourquoi et combien de temps par jour passez-vous sur votre compte Instagram ou Facebook?

Les réponses à ces questions sont des informations détenues par ces géants de net. Elles sont collectées, conservées, exploitées et étudiées avec précisions pour déterminer le comportement d’achat, la préférence ainsi que les attitudes de chaque personne. Pour les investisseurs et les vendeurs, ces informations sont importants pour proposer un bon produit à chaque personne concernée. C’est ainsi que le processus d’achat peut aboutir. Pourquoi les réseaux sociaux comme Instagram et Facebook se lancent-ils dans le e-commerce? Vont-ils pouvoir faire face à ses concurrents?

Pourquoi ces réseaux sont-ils si populaires ?

La première fonction de ces réseaux sociaux est de rassembler et connecter tous les utilisateurs au même endroit. Les utilisateurs prennent le plaisir de partager leurs aventures, leurs expériences, leurs activités quotidiennes… en postant des photos, vidéos ou des messages. La communication et les échanges sur les réseaux sociaux sont devenus un quotidien des plusieurs milliards de personnes dans le monde entier.

Instagram, le petit frère de Facebook est devenu très populaire en quelques années en suivant les pas de son grand frère ainé. Ce qui est impressionnant est qu’il n’est pas un simple réseau social mais aussi un empire de lèche vitrine. Les utilisateurs ne viennent pas que pour poster leurs photos et présenter fièrement leurs styles mais ils viennent aussi pour trouver l’inspiration auprès de leurs idoles ou leurs ami(e)s. C’est devenu une sorte de centre commerciale sans frontière. Les influenceurs/ses, quant à eux, l’utilisent comme un moyen de communication pour se faire de la popularité.

Comment sont-ils devenus, une marketplace idéale ?

Il n’est pas difficile de répondre à cette question. Il suffit d’observer l’évolution de ces réseaux sociaux. Le nombre d’utilisateur qui est en constance progression, est bien sûr un indicateur de la bonne santé de ces sites. Il est important de préciser que pas moins d’un milliard d’utilisateur sont actifs chaque mois. Avec des milliards de personnes inscrites sur la liste des abonnés, Instagram est l’un des puissants réseaux.

Il n’est donc pas étonnant qu’on le transforme en marketplace pour tirer le plus de profit possible en profitant de sa popularité. Le trafic du site a fait que c’est un endroit idéal pour faire du commerce en ligne. D’ailleurs, le programme checkout lancé par facebook et instagram ne fait que les propulser à devenir un vrai e-commerce place pour concurrencer le géant du net Amazon.  La dernière option mise en place récemment par Instagram est l’intégration des options de paiements à l’application checkout qui facilitent énormément les transactions. C’est un coup de pouce très crucial dans le développement de business sur le réseau social.

De plus Instagram est concentré d’influenceurs/euses. Ils jouent un rôle très important dans la diffusion de l’image de chaque produit. Ils ont un pouvoir indéniable pour faire connaitre même un produit qui n’est pas connu du grand publique.  C’est un avantage de plus pour les marques. Elles n’ont pas beaucoup d’efforts à faire au niveau de la publicité. Les entreprises ne voient que d’un bon œil ce privilège indéniable.  

Sur les réseaux sociaux, la présentation et la mise en valeur de produits par les influenceurs ne fait qu’encourager les consommateurs à passer à l’acte. Le choix est multiple et varié. Les consommateurs n’ont pas besoin d’aller chercher les produits, mais au contraire ce sont les produits qui viennent vers eux. Avoir le même jogging que son idole n’est plus le problème. En un clic, le produit est réservé et commandé.

Avec un tel engagement de la part des audiences, l’expérience shopping sur le réseau a rencontré un grand succès. Chaque mois, on constate près de 130 millions d’utilisateurs qui cliquent sur un tag de produit. Cette rubrique explore permets également aux utilisateurs de visualiser les produits postés par d’autres comptes.

Comment fonctionnent les opérations d’achat/vente sur les réseaux sociaux ?

L’application shopping a été lancée en 2018 par Instagram. En 2019, c’est la mise en place de checkout qui permet aux utilisateurs de faire des achats sans jamais quitter Instagram. Même si toutes les fonctionnalités du programme ne sont pas encore sophistiquées comme les autres sites du e-commerce, la rubrique « Explore » d’Instagram fait déjà bonne place au shopping. Elle fonctionne déjà comme un vrai site pro. Il ne va pas tarder à grignoter la part de gâteau de Amazon.

Les utilisateurs repèrent un produit via le gestionnaire de publicité, consulte les caractéristiques de produit et le prix et faire une opération d’achat si s’ils décident passer à l’acte. Les opérations commerciales sur le site, d’après les consommateurs, s’avèrent très facile et fluide.

Quels sont les marques qui s’y mettent aux réseaux sociaux ?

La plateforme d’instagram est un cocktail d’image, de description, de business. Il attire l’attention de beaucoup de marques comme Nike, Jonak, Clarin, ….

Selon les patrons des grandes marques, le Retour sur investissement (ROI) sur la plateforme Instagram est plus élevé et plus intéressant par rapport à Facebook ou Google. Le patron de Yves Rocher, de Lengow ou de Jonak sont très optimiste et prédisent une grosse augmentation de trafique de commerce sur les 12 mois à venir. Instagram deviendra un réseau de vente significatif pour tous les professionnels de la mode, de décoration, de la beauté et de sport.

Un exemple de plateformes e-commerce réussis

Côté américain, il y a Amazon qui est mondialement connu pour son business en ligne. Walmart en est un autre exemple.

Côté français, le bon coin est un site de petites annonces qui fait bien son succès dans le e-commerce. C’est une plateforme d’échange, d’achat et de vente entre particulier et entreprise.  Blablacar, covoiturage sont des sites qui proposent des prestations de service entre particulier.   

Côté asiatique, Xiaohongshu est une plateforme chinoise qui a réussi à faire profiter aux millions de chinoises passionnées de beauté, en achetant des produits cosmétiques, les livres ainsi que les autres produits dérivés démontrés dans les vidéos ou autres supports de leurs influenceurs. C’est un modèle de plateforme de vente mixant à la fois le social et le commerce. Plus de 100 milliards de dollars d’opérations commerciales se sont passées sur ce site en 2019. Ce chiffre risque de doubler voire tripler d’ici 2 ans.

Le commerce en-ligne est en train de concurrencer les commerces classiques. Ces derniers n’ont pas d’autres choix que de partager ses parts de marché. Pour survivre, les commerçants vont devoir se mettre à l’internet et suivre ce nouveau modèle économique. Le développement du social shopping va devenir un phénomène mondial. Le profit tiré de cette activité va être partagé entre les vendeurs et les plateformes de vente. Cela fera un revenu supplémentaire à Instagram en plus des milliards et milliards de son bénéfice. C’est un revenu procuré par les opérations de publicité ainsi que les commissions suite à chaque vente.

Read Full Article